• 25 janvier 2010
en es fr

Sœur-Médecin

Sr Pascale, à gauche, au travail

Sr Pascale exerce sa pro­fes­sion de méde­cin tout en vivant au Point-Cœur de Genève, une double voca­tion dont elle témoi­gne :

Ce que j’aime dans le tra­vail de méde­cin et qui rejoint d’ailleurs tel­le­ment ma voca­tion reli­gieuse, c’est la grâce de pou­voir entrer très vite dans l’inti­mité d’une per­sonne, dans sa souf­france non seu­le­ment phy­si­que mais, ô com­bien sou­vent, morale ! Non que j’aime la souf­france en tant que telle, mais c’est sou­vent un lieu de vérité, un lieu où l’autre est à nu et où, comme par osmose, il nous apprend à être nous aussi dépouillé de bien des choses encom­bran­tes et vaines. C’est un lieu qui m’éduque énormément. Quelle grâce de pou­voir appor­ter un peu de réconfort, de sou­la­ge­ment au milieu de tant de souf­fran­ces ! Je suis frap­pée de voir com­bien la vio­lence est omni­pré­sente bien qu’elle soit sou­vent plus cachée que celle des bidon­vil­les ! Je crois que la vio­lence ver­bale peut être plus grave, plus meur­trière encore que la vio­lence phy­si­que mais elle nous reste cachée, les gens ne consul­tent pas s´il n´y a pas de coups. La moitié de la semaine, je tra­vaille aux urgen­ces : je suis stu­pé­faite et effrayée par le nombre de per­son­nes qui se font agres­ser, sou­vent gra­tui­te­ment, en sor­tant des boîtes de nuit et par les femmes mal­trai­tées par leur mari qui vien­nent toutes trem­blan­tes cher­cher du secours ! Comme j’implore la Vierge de Compassion dans ces moments où je suis si pauvre pour aider mon frère, ma sœur blessé(e) au plus pro­fond de son être !

Sr Pascale

Revenir au début