• 13 juillet 2012
es fr

El Salvador : Raoul

Raoul et Chawa, 2011

Lors d’un week-end avec la Fraternité Maximilien Kolbe, j’ai eu l’occa­sion de passer beau­coup de temps avec Raoul et j’aurais voulu vous témoi­gner de cette ren­contre unique.

Raoul sait à peine parler, sa com­mu­ni­ca­tion est limi­tée à « papa, maman, eau » et pour­tant voilà qu’en entrant dans la cha­pelle il fait un signe de croix et crie un « Amen » haut et clair !
Il court avec une démar­che saca­dée mais voilà qu’en plein milieu de la messe il s’élance au cou de Sr Bénédicte qui joue de la gui­tarre pour l’embras­ser !
Il vient de frap­per son frère et je lui expli­que que cela ne se fait pas : alors tout de suite il prend la main de son frère, et la caresse, cher­chant la réconci­lia­tion.
On dit qu’il bouge beau­coup mais plu­sieurs fois dans l’après-midi, il ira en cou­rant vers la cha­pelle vou­lant entrer et rester là tran­quille­ment dans ce lieu.
Il vous regarde avec une telle inten­sité dans le regard, sans pudeur comme s’il scru­tait le pus pro­fond de votre coeur puis vous sourit avec cet air de deman­der « est-ce que tu m’aimes ? » sans pudeur.

On dit de Raoul qu’il est un peu spé­cial, qu’il a un léger han­di­cap, à vrai dire je ne sais pas qui est le plus spé­cial de nous deux : j’ai cons­taté avec joie qu’il est en avance pour cer­tai­nes choses !
Et moi oserai-je crier ma foi ainsi ? Oserai-je mon­trer mon amour à ma soeur de com­mu­nauté ainsi ? Oserai-je accep­ter de l’aide en toute confiance ? Oserai-je immé­dia­te­ment cher­cher la réconci­lia­tion ? Oserai-je courir pour aller spon­ta­né­ment à la cha­pelle passer un temps gra­tuit ?
Sans rece­voir aucune confé­rence : Raoul m’a donné des leçons de sim­pli­cité, de spon­ta­néité, d’amour, d’aban­don confiant, de com­mu­nion !

Parce qu’un enfant est capa­ble de tout et sur­tout du plus beau, parce qu’un enfant est fra­gile et vul­né­ra­ble, parce qu’il a besoin des autres, qu’il a besoin d’amour : regar­dons les enfants car ils sont beaux ces enfants qui sont nos maî­tres !

Sr Anne

Revenir au début