• 20 février 2015
es fr

Quelle chose me manque ?

Mayte, volontaire péruvienne au Point-Coeur des Phillipines

Quelle chose me manque ? À tous ceux que Jésus aime beau­coup parce qu’ils don­nent beau­coup aux autres je demande : lais­sez-vous les autres vous donner cette autre richesse que vous n’avez pas ? Les Sadducéens, les doc­teurs de la Loi de l’époque de Jésus don­naient beau­coup au peuple, ils don­naient la loi, ils ensei­gnaient, mais ils ne lais­saient jamais le peuple leur donner quel­que chose. Il a fallu que Jésus vienne pour se lais­ser tou­cher par le peuple. Combien de jeunes comme vous qui sont là savent donner mais ne sont pas aussi capa­bles de rece­voir !

« Une seule chose te manque ». C’est ce qui nous manque : appren­dre à men­dier de ceux à qui nous don­nons. Il n’est pas facile de le com­pren­dre : appren­dre à men­dier. Apprendre à rece­voir de l’humi­lité de ceux qui nous aidons. Apprendre à être évangélisés par les pau­vres. Les per­son­nes que nous aidons, les pau­vres, les mala­des, les orphe­lins, ont beau­coup à nous donner. Est-ce que je me fais men­diant et que je demande aussi cela ? Ou bien suis-je auto­suf­fi­sant, sachant seu­le­ment donner ? Vous qui vivez en don­nant tou­jours et croyez que vous n’avez besoin de rien, savez-vous que vous êtes vrai­ment pau­vres ? Savez-vous que vous avez une grande pau­vreté et que vous avez besoin de rece­voir ? Te lais­ses-tu aider par les pau­vres, par les mala­des, et par ceux que tu aides ? C’est ce qui aide les jeunes enga­gés comme Rikki dans leur tra­vail d’aide aux autres à mûrir : appren­dre à tendre la main à partir de sa propre misère.

Pape François, mes­sage aux jeunes des Phillipines


Revenir au début