• 20 juillet 2013
en es fr

Lumen Fidei ou l’urgence d’un retour à l’incarnation

Toulon, juin 2013

Il y a urgence à remet­tre au centre ce carac­tère par­ti­cu­lier de lumière de la foi, autre­ment dit, cette dimen­sion théo­lo­gale, rela­tion­nelle et com­mu­nau­taire du chris­tia­nisme, grâce à laquelle Jésus-Christ par­vient jusqu’à nous, et inves­tit le monde, comme un événement pré­sent, cré­di­ble et effi­cace.
Il y a urgence, car ceux qui « sont assis dans les ténè­bres de la mort » sont une mul­ti­tude, et seule l’incar­na­tion peut percer leurs ténè­bres comme elle a percé jadis celles des ber­gers des plai­nes de Bethléem.
« À l’homme qui souf­fre, Dieu ne donne pas un rai­son­ne­ment qui expli­que tout, mais il offre sa réponse sous la forme d’une pré­sence qui accom­pa­gne, d’une his­toire de bien qui s’unit à chaque his­toire de souf­france pour ouvrir en elle une trouée de lumière. » (Lumen Fidei, 57)

Paul Anel,
Extrait d’un arti­cle publié dans Terre de Compassion


Revenir au début