• 21 septembre 2011
fr

Les jeunes du Var aux JMJ

Sr Françoise-Thérèse aux JMJ, août 2011

En août der­nier, pres­que mille jeunes du dio­cèse de Toulon ont répondu à l’invi­ta­tion du Pape, aux JMJ à Madrid. Après une messe d’envoi célé­brée par Monseigneur Rey dans la Basilique de Saint Maximin (lieu du tom­beau de Sainte Marie-Madeleine) dans la soirée du 10 août, les nom­breux bus se met­taient en route pour un long voyage jusqu’à Avila pour les uns et Salamanque pour les autres. Avec le groupe de Hyères, j’ai eu la chance de passer une semaine à Avila, dans la ville de Ste Thérèse de Jésus, réfor­ma­trice de l’ordre du Carmel au XVIème siècle et doc­teur de l’Eglise. Visites, célé­bra­tions, ren­contres avec les nom­breux volon­tai­res espa­gnols et avec les autres grou­pes de pèle­rins ont bien rempli nos jour­nées. Hébergée dans une com­mu­nauté de reli­gieu­ses espa­gno­les âgées, j’ai été très tou­chée par leur accueil et leur enthou­siasme. Une des reli­gieu­ses qui nous ser­vait chaque matin le petit déjeu­ner me dit le der­nier jour : « J’ai plus de 81 ans et 60 ans de vie reli­gieuse. Aujourd’hui je ne regrette abso­lu­ment rien de tout ce que j’ai vécu et si je devais recom­men­cer, je le ferais ! ». Cette sœur avait une vita­lité incroya­ble !

Arrivés à Madrid le 15 août au soir, nous avons été accueillis dans la paroisse Santa Catalina Labouré du Chemin Néo-Catéchuménal, Mouvement ecclé­sial né en Espagne et pré­sent dans le monde entier. Laïcs et prê­tres de la paroisse se révé­lè­rent très dis­po­ni­ble pour accueillir les pèle­rins arri­vant du monde entier, ils nous don­nè­rent un très beau témoi­gnage d’hos­pi­ta­lité. Pour ma part, en tant qu’infir­mière, je fai­sais partie de l’équipe médi­cale. Chaque matin, nous rece­vions des jeunes qui venaient consul­ter pour des pan­se­ments, des pro­blè­mes de déshy­dra­ta­tion ou d’inso­la­tion… Ce fut une belle expé­rience, celle d’être à l’écoute des besoins de chacun, mais aussi celle de tra­vailler en équipe avec deux méde­cins et une autre infir­mière.

Cuatro Vientos, août 2011
Cuatro Vientos, août 2011

Le ven­dredi après-midi, nous avons par­ti­cipé au grand chemin de croix conduit par le Saint Père dans le centre-ville de Madrid. Il avait été magni­fi­que­ment ins­tallé sur une avenue jalon­née des dif­fé­ren­tes sta­tions et d’œuvres d’art espa­gno­les. Comme pour toutes ces célé­bra­tions, nous nous retrou­vâ­mes vite enser­rés dans la foule des pèle­rins. Pendant pres­que trois heures nous sommes restés debout, coin­cés dans un espace extrê­me­ment réduit, en pleine cha­leur madri­lène, sui­vant le chemin de croix sur un écran géant à proxi­mité. Cette expé­rience m’a beau­coup mar­quée, comme les der­niers jours à l’aéro­drome de Cuatro Vientos : ce furent des moments de révé­la­tion du sens de ce pèle­ri­nage. Au milieu d’une marée humaine, dans des condi­tions peu favo­ra­bles à la prière, la joie était pour­tant una­nime et pro­fonde de rece­voir tous ensem­ble la Parole de l’Eglise à tra­vers celle de Benoît XVI :

"Les diver­ses formes de souf­france qui, tout au long du chemin de croix, ont défilé devant vos yeux, sont des appels du Seigneur pour édifier nos vies en sui­vant ses traces et pour faire de nous des signes de sa conso­la­tion et de son salut : Souffrir avec l’autre, pour les autres ; souf­frir par amour de la vérité et de la jus­tice ; souf­frir à cause de l’amour et pour deve­nir une per­sonne qui aime vrai­ment – ce sont des éléments fon­da­men­taux d’huma­nité ; leur aban­don détrui­rait l’homme lui-même."

Sr Françoise-Thérèse
Le groupe de Hyères aux JMJ, août 2011
Le groupe de Hyères aux JMJ, août 2011

Revenir au début