• 1er septembre 2011
es fr

Le sourire du Pape

Benoît XVI, veillée des JMJ à Madrid, août 2011

Si vous étiez ce samedi soir 20 août devant votre télé­vi­sion, pour la grande veillée des Journées Mondiales de la Jeunesse de Madrid, vous aurez sûre­ment noté, alors même que la tem­pête se déchai­nait, le sou­rire amusé de Benoît XVI. Un sou­rire qui en dit peut-être plus long qu’il n’y paraît.

Depuis des semai­nes, on en par­lait ; depuis des mois, des jeunes du monde entier s’y pré­pa­raient, et voici qu’arri­vent enfin les Journées Mondiales de la Jeunesse tant dési­rées, avec pour apogée la grande veillée du samedi et la messe de clô­ture du diman­che, autour du Saint Père. Ils sont plus d’un mil­lion de jeunes, ce samedi soir, sur l’immense espace de l’aéro­port de "Cuatro Vientos" qui porte bien son nom. C’est que la tem­pête s’est invi­tée…

A peine le Saint-Père com­mence t-il son dis­cours que de gros­ses gout­tes s’abat­tent sur la foule. Il s’inter­rompt, se pro­po­sant d’atten­dre quel­ques ins­tants que se calme la pluie. Mais cette der­nière redou­ble et le vent, taquin, se met aussi de la partie, entraî­nant avec lui la blan­che calotte papale et lais­sant notre Saint Père tête nue et che­veux ébouriffés. Il semble pres­que s’en amuser et conti­nue, sou­riant et tran­quille, d’atten­dre l’accal­mie, com­mu­niant à la liesse du mil­lion de jeunes que les trom­bes d’eau ne peu­vent éteindre. Les car­di­naux se pro­tè­gent comme ils peu­vent sous leurs para­pluies, les came­ra­men bat­tent en retraite pré­ci­pi­tam­ment, tels une volée de moi­neaux, les musi­ciens cou­rent mettre leurs ins­tru­ments à l’abri. Et le Saint-Père sourit…

Tout était pour­tant bien réglé, pla­ni­fié. « Que va t-il faire ? », se demande, inquiet, le pré­sen­ta­teur télé, « partir, ou bien écourter son dis­cours ? » Certains se pren­nent même à penser qu’il va deman­der aux jeunes de prier, pour que cesse la pluie… Un mil­lion à prier, sûre­ment, la demande sera exau­cée !

Et le Saint-Père sourit. Peut-être parce qu’il goûte plei­ne­ment l’inten­sité de ce moment de com­mu­nion avec les jeunes… Ou parce qu’il per­çoit que tout est dans les mains d’un plus Grand, dont il n’est qu’un « humble ser­vi­teur ».

Le dis­cours du Saint Père – qu’il avait lui-même prévu bref, vou­lant que le moment prin­ci­pal de la soirée soit l’ado­ra­tion eucha­ris­ti­que – est fina­le­ment réduit à une peau de cha­grin, mais c’est pour lais­ser toute la place à l’ado­ra­tion du Saint Sacrement, dans un silence et un recueille­ment d’autant plus sai­sis­sants que rien n’aurait laissé pré­sa­ger un tel calme quel­ques minu­tes aupa­ra­vant. Silence plein, émouvant.

Benoît XVI conclut ensuite la veillée en sou­hai­tant une bonne nuit aux jeunes, et en tirant avec eux l’ensei­gne­ment de la soirée, en lien avec les JMJ, comme un vrai Père, un vrai guide : « Nous avons vécu ensem­ble une aven­ture. Vous avez résisté à la pluie… Merci pour le mer­veilleux exem­ple que vous avez donné. Avec le Christ, vous pouvez tou­jours affron­ter les épreuves de la vie, ne l’oubliez pas ! ». Un événement, comme en écho avec l’évangile pro­clamé quel­ques jours plus tôt lors de la céré­mo­nie d’accueil du Pape : « Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pra­ti­que est com­pa­ra­ble à un homme pré­voyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les tor­rents ont dévalé, la tem­pête a souf­flé et s’est abat­tue sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. » (Mt. 7, 21-27). Avouez qu’il y a de quoi… sou­rire !

Sr Aurélie

Vu sur le blog Terre de Compassion


Revenir au début