• 8 avril 2011
fr

La Fraternité Maximilien Kolbe au El Salvador

Marie

Depuis l’année der­nière, nous avons eu la joie de la nais­sance de trois nou­veaux bébés dans trois famil­les de la Fraternité Maximilien Kolbe au El Salvador. La famille Points-Cœur s’agran­dit, et ces nais­san­ces nous ont fait poser un nou­veau regard sur les enfants des famil­les de la Frat’. Yosep, Raul, Emmanuel, Marie, Diana, Daniela, Eric, Fabiola, Alex, Ronald et Maria José accom­pa­gnent leurs parents à toutes les Ecoles de Communauté et mul­ti­ples ren­contres de la Frat’. Ils sont heu­reux de se retrou­ver, de jouer ensem­ble et à tra­vers eux est né un esprit de famille. Par l’éducation et la façon de vivre de leurs parents, ils sont aussi façon­nés par le cha­risme de l’Œuvre Points Cœur. Ils le reçoi­vent en héri­tage et le trans­met­tent insou­ciam­ment. Aussi, j’ai la joie depuis jan­vier d’accom­pa­gner ce petit groupe avec Chawa, une jeune de 15 ans, élevée par quel­ques mem­bres de la Frat’. Ensemble, nous nous lais­sons éduquer cette année par le Petit Prince d’Antoine de St Exupery. Nous nous par­ta­geons en deux grou­pes : les grands avec moi et les bébés avec Chawa, qui a un vrai don et une grande affec­tion pour eux ! Nous décou­vrons le monde du Petit Prince à tra­vers la lec­ture, les chants, les des­sins, les dif­fé­rents jeux et quel­ques ques­tions concrè­tes pour faire le lien avec ce qu’ils vivent. Ce qui est très beau, c’est qu’au fil des ren­contres, nous nous « appri­voi­sons », comme le petit Prince et le renard :


_Viens jouer avec moi, lui pro­posa le Petit Prince. Je suis tel­le­ment triste…
_Je ne puis pas jouer avec toi, dit le renard. Je ne suis pas appri­voisé.
_Ah pardon, fit le Petit Prince. Mais, après réflexion, il ajouta : « Qu’est ce que signi­fie appri­voi­ser ? » (…)
_C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signi­fie « créer des liens… »

Sr Maylis

Raul, Emmanuel, Osep et Fabiola Chawa et Raul La Fraternité Maximilien Kolbe du El Salvador, Noël 2010
Revenir au début