• 21 janvier 2011
es fr

L’office de vêpres dans une galerie d’art à New York

The Four Holy Gospel Project, Makoto Fujimora

Ce lundi 3 Janvier, nous a été donné de vivre à New York un petit événement qui pour sûr est passé très ina­perçu et n’a pas eu d’écho dans la presse, mais qui, nous le croyons, en a eu un très pro­fond dans les cœurs de ceux qui y ont par­ti­cipé. Quoi donc ? Rien de plus simple, ni de plus ori­gi­nal : à l’invi­ta­tion de notre ami Makoto Fujimura, pein­tre contem­po­rain, nous sommes allés célé­brer l’office de vêpres dans la gale­rie où se ter­mi­nait l’expo­si­tion de ses magni­fi­ques toiles illus­trant la Bible de King James.

Pourquoi donc aller prier dans une gale­rie d’art ? Quel en est le sens ? Makoto nous y invite ainsi : "Aujourd’hui, nous avons un lan­gage pour célé­brer l’errance, mais nous n’avons pas de lan­gage cultu­rel pour aider les gens à retrou­ver le chemin de la maison".

La pein­ture de Makoto, un lan­gage mer­veilleux de finesse et de pro­fon­deur, qui peut réveiller la soif du cœur de l’homme pour la Beauté à laquelle il appar­tient fon­da­men­ta­le­ment, l’ouvrir au mys­tère qui y est célé­bré, mani­festé ; la prière, le chant choral, un lan­gage qui ouvre dans le cœur de l’homme une atti­tude au delà des mots eux-mêmes, un chemin vers Celui à qui ils sont adres­sés et d’où il vient.

La com­pas­sion : porter et assu­mer, comme Makoto l’a fait en pei­gnant ses toiles, le cris d’autres pein­tres qui l’ont pré­cédé, comme Rothko et Pollock, leur recher­che dans l’obs­cu­rité, par­fois déses­pé­rée, d’une Présence et d’un sens ; porter et assu­mer, dans notre prière, le cri de tout homme vers celui qui répond en se fai­sant l’un de nous, en pre­nant notre chair en venant habi­ter chez nous pour nous rame­ner vers le Père.

Un petit chœur de mem­bres de Points-Cœur formé pour l’occa­sion et une tren­taine d’amis se sont retrou­vés dans cette célé­bra­tion fer­vente, humble et étonnée devant la conver­gence des lan­ga­ges ; et nous croyons que ce petit signe peut être fécond et per­met­tre à beau­coup de retrou­ver le chemin vers « la maison ».

Sr Marie

Sr Régine dans la galerie de Makoto Le chœur de Points-Cœur dans la galerie de Makoto
Revenir au début