• 1er mai 2014
es fr

Jean XXIII et Jean-Paul II : deux hommes courageux

Saint Jean XXIII et saint Jean Paul II ont eu le cou­rage de regar­der les plaies de Jésus, de tou­cher ses mains bles­sées et son côté trans­percé. Ils n’ont pas eu honte de la chair du Christ, ils ne se sont pas scan­da­li­sés de lui, de sa croix ; ils n’ont pas eu honte de la chair du frère (Cf. Is 58,7), parce qu’en toute per­sonne souf­frante ils voyaient Jésus. Ils ont été deux hommes cou­ra­geux, rem­plis de la liberté et du cou­rage (par­re­sia) du Saint Esprit, et ils ont rendu témoi­gnage à l’Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa misé­ri­corde.

Dans la convo­ca­tion du Concile, saint Jean XXIII a montré une déli­cate doci­lité à l’Esprit Saint, il s’est laissé conduire et a été pour l’Église un pas­teur, un guide-guidé, guidé par l’Esprit. Cela a été le grand ser­vice qu’il a rendu à l’Église. C’est pour­quoi j’aime penser à lui comme le Pape de la doci­lité à l’Esprit Saint.

Dans ce ser­vice du Peuple de Dieu, saint Jean Paul II a été le Pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu’il aurait voulu qu’on se sou­vienne de lui comme du Pape de la famille. Cela me plaît de le sou­li­gner alors que nous vivons un chemin syno­dal sur la famille et avec les famil­les, un chemin que, du Ciel, cer­tai­ne­ment, il accom­pa­gne et sou­tient.

Homélie du Pape François, Messe de cano­ni­sa­tion des papes Jean XXIII et Jean-Paul II, 27 avril 2014


Revenir au début