• 11 mars 2014
fr

Genève : visite de Santiago, l’histoire d’une amitié

Février 2014, Genève

Une autre belle ren­contre qui m’a réjouie fut la visite d’un jeune ami de la paroisse de San Pedro au El Salvador le pre­mier week-end de février. Il y a un mois Santiago m’avait annoncé sa visite dans la région. Il a été sélec­tionné par le lycée fran­çais de San Salvador pour accom­pa­gner un groupe de jeunes du lycée lors de leur voyage de trois semai­nes en France. Ils étaient dans la région de Chambéry, à une heure et demi de Genève et il a saisi l’occa­sion pour venir au Point-Cœur ! Quand je suis allée le cher­cher à la gare, il était déjà là depuis une heure. N’ayant pas de train au Salvador, il s’effrayait un peu du voyage et avait pris le train pré­cè­dent pour être sûr d’arri­ver à l’heure !

Lorsque je l’ai rejoint, il a éclaté en san­glots : « Madre, no lo puedo creer : estar aqui con usted depues de tantos anos. El Senor es grande ! » [1] .
Puis en décou­vrant la richesse de la ville, ouvrant des yeux émerveillés en contem­plant ce qui l’entou­rait surgit tout de suite cette ques­tion : « Mais « madre », pour­quoi y a-t-il un Point-Cœur à Genève ? ». Lui racontant plu­sieurs de nos ami­tiés ici, il y a tout de suite saisi l’urgence d’une Présence qui aide à dépas­ser la tris­tesse, le lourd poids de la soli­tude.

Oui, le Seigneur et bon et fidèle. Il répond aux désirs les plus pro­fonds de notre cœur. Santiago a tou­jours aimé appren­dre les lan­gues et il a économisé péni­ble­ment pour s’ache­ter un dic­tion­naire fran­çais–espa­gnol. Les larmes aux yeux en arri­vant, il répé­tait sans cesse : « Dire que tout a com­mencé par un dic­tion­naire ! ». Il a tra­vaillé seul puis venait sou­vent voir les sœurs du Salvador, ses voi­si­nes au vil­lage, pour appren­dre des mots de voca­bu­laire. _ Voyant son enthou­siasme, et ayant ren­contré le direc­teur de l’Alliance fran­çaise de San Salvador, nous avons pu l’aider à obte­nir une bourse pour étudier là-bas. Il a réussi à aller ensuite à l’uni­ver­sité et petit à petit il s’est mis à regar­der son avenir avec espé­rance. En effet, il vit très modes­te­ment avec sa maman et son frère. En ce moment, il a arrêté les études pour tra­vailler et payer les médi­ca­ments de sa maman malade mais ce voyage en Europe l’a motivé à repren­dre ses études et finir son der­nier semes­tre à l’uni­ver­sité. Ces deux jours passés au Point-Cœur lui ont fait décou­vrir aussi la réa­lité de notre société euro­péenne, l’ont aidé, j’espère à ne pas rêver la vie en Europe, à ne pas se rem­plir d’illu­sion sur la faci­lité appa­rente de notre vie et à voir aussi les riches­ses et la beauté de son propre pays.

Le Seigneur répond à celui qui crie vers Lui. Santiago en est cons­cient et bien que par­fois, il a la ten­ta­tion de s’éloigner de l’Eglise, il me dit com­bien le Seigneur ne cesse de l’accom­pa­gner. Il rend grâce à Dieu pour toutes les per­son­nes mises sur son chemin, pour l’aider à pour­sui­vre dans l’espé­rance sa route qui n’est pas tou­jours facile.
Pour moi aussi, cela m’a permis de voir que l’amitié dans le Christ gran­dit mys­té­rieu­se­ment même si la dis­tance et les années nous sépa­rent. Il me sem­blait que j’avais quitté Santiago hier bien que cela fasse déjà 7 ans que j’ai quitté mon cher Salvador. Toutes les ami­tiés vécues nous por­tent et façon­nent conti­nuel­le­ment notre coeur, notre vie, les trans­for­ment.

Sr Marie-Madeleine

Notes

[1] Ma sœur, je ne peux y croire. Etre là avec vous après tant d’années. Le Seigneur est grand !

Revenir au début