• 8 mai 2014
es fr

Une soirée Théo-bar au Luxembourg

Alexis et sr Aurélie à la Soirée Théo-Bar à Luxembourg

Sur les rives du Clausen ! Une soirée incroya­­ble nous attend…

Mercredi nous avons vécu une soirée peu ordi­­naire. Nous étions invi­­tés à venir témoi­­gner au Théo-bar : soi­­rées men­­suel­­les lan­­cées à Luxembourg il y a quel­­ques mois, en lien avec l’arche­­vê­­que.
A trois jours de la soirée, les orga­­ni­­sa­­teurs nous font savoir que le pub qui devait nous accueillir ne veut plus rece­­voir les par­­ti­­ci­­pants au Théo-bar. La veille, nous appre­­nons fina­­le­­ment qu’un nou­­veau lieu a été trouvé : le Scottish Pub. Ambiance scot­­tish garan­­tie pour ce pub situé au bord de la rivière !
Nous y retrou­­vons quel­­ques visa­­ges connus et beau­­coup de visa­­ges inconnus, avec un bon nombre de jeunes. Il y a peut-être, une soixan­­taine de per­­son­­nes, dans cette ambiance « spots et bières ».

Nous par­­lons de Points-Cœur pen­­dant 40 minu­­tes, une pré­­sen­­ta­­tion du cha­­risme avec pour fil conduc­­teur « Près de la croix se tenait Marie » entre­­cou­­pée de visa­­ges de nos amis. Quelques ques­­tions sui­­vent, puis, beau­­coup vien­­nent nous saluer et nous remer­­cier. Un jeune s’appro­­che pour dire qu’il a été com­­plè­­te­­ment retourné par la soirée. Il a atterri ici car un ami l’a invité. « Ce que vous avez dit là, sur l’hos­­pi­­ta­­lité du cœur, ça me parle, et la phrase de Benoît XVI aussi, "un cœur qui voit" ». Nous sommes par­­fois inter­­rom­­pus par des per­­son­­nes qui vien­­nent remer­­cier : « Cela nous a pro­­fon­­dé­­ment tou­­chés, nous aurions pu vous écouter une heure encore ». Un couple attend. « Nous vou­­lions sim­­ple­­ment vous remer­­cier. »

Ils veu­­lent témoi­­gner de ce qui les a rejoints, par­­ti­­cu­­liè­­re­­ment du thème de la sim­­pli­­cité. Ils espè­­rent que nous nous ren­­contre­­rons de nou­­veau. Leur atti­­tude me bou­­le­­verse, car on per­­çoit vrai­­ment qu’ils ont été tou­­chés mais ne savent pas vrai­­ment com­­ment l’expri­­mer. Nous sommes comme des pau­­vres les uns en face des autres, tous dépas­­sés par quel­­que chose de plus grand qui nous a été donné de vivre ensem­­ble.

Sr Aurélie


Revenir au début