• 30 décembre 2010
es fr

Ecole de Communauté au Point-Cœur Maurice Zundel, Genève

L’école de communauté au Point-Cœur Maurice-Zundel, Genève

Tous les quinze jours, nous nous retrou­vons avec un petit groupe d’amis pour une école de com­mu­nauté. Nous sommes par­fois peu nom­breux mais nous avons tou­jours conti­nué fidè­le­ment. Plusieurs ont per­sé­véré et petit à petit nous confient com­bien ce temps est impor­tant pour leur vie.

Mercredi der­nier, nous com­men­cions timi­de­ment puis est arrivé un ami puis deux autres, etc. Si bien que nous étions une dou­zaine. Il est beau de voir com­bien malgré la fati­gue du tra­vail, le poids du jour, le froid, chacun était là ayant même invité un ami, sou­cieux de faire décou­vrir à l’autre son trésor. Au fil du par­tage, les visa­ges s’éclairaient, les ques­tions fusaient… Le Christ était très pré­sent parmi nous… Je pen­sais aux pre­miers apô­tres réunis autour de Marie priant ensem­ble lors­que l’Esprit Saint des­cen­dit sur eux. Le texte par­lait jus­te­ment de l’Eglise « Une et Sainte ». Non seu­le­ment nous en par­lions mais le mira­cle était en train même de s"accom­plir une fois de plus : Dieu est pré­sent, Il est là, l"Eglise est bien vivante ! Ces hommes et ces femmes, de tout âge, condi­tion sociale, au chemin par­fois dou­lou­reux, nous même, étions en train de par­ti­ci­per à ce mira­cle qui consiste tout sim­ple­ment à reconnaî­tre la pré­sence du Christ ici et aujourd’hui.

Ce soir-là, nous fai­sions la même expé­rience que Pierre, Jacques et Jean à la Transfiguration : "Seigneur qu’il est bon d’être là… Plantons notre tente…" Victoria me disait sur le pas de la porte : "Je ne peux plus partir car j’ai l’impres­sion d’habi­ter ici. C’est ma maison." Cependant nous ne pou­vons rester au Tabor. Le len­de­main, il faut retour­ner au tra­vail. Mais nous repar­tons le cœur changé, rempli de cette Présence du Christ qui trans­forme notre quo­ti­dien. Ces ren­contres sont un ins­tant de grâce, d’éternité.

Sr Marie-Madeleine

Revenir au début