• 24 juillet 2014
fr

Camp en Auvergne : « aller plus loin que les réponses toutes faites »

C’est en Auvergne, le "pays des vol­cans" que le camp de notre aumô­ne­rie des col­lé­giens s’est déroulé cette année. Dix jours de camp, et dix jours de pluie ! Mais ces condi­tions n’ont pas empê­ché nos 48 jeunes col­lé­giens, (aussi varois qu’ils soient !) de passer un magni­fi­que camp, pro­fi­tant de chaque ins­tant, tou­jours fidè­les à cette Vie et à ce désir de vou­loir conqué­rir le monde qui habite leur cœur d’ado­les­cents.

Pour moi aussi ce fut une grande joie d’avoir pu les servir, et à la fois me mettre à leur école. Les servir en par­ta­geant avec eux le quo­ti­dien : lieu d’éducation et d’amitié par excel­lence, que ce soit à tra­vers les temps de ser­vi­ces et de prière, de visite d’un volcan, d’un châ­teau ou de l’usine Michelin, ou à tra­vers des moments de jeux à l’accro­bran­che ou au plan d’eau … je suis tou­jours très émue de voir com­ment cha­cune de ces pro­po­si­tions devient sou­vent pour eux une occa­sion de ren­contre, pour poser telle ou telle ques­tion, tou­jours dans une sim­pli­cité de cœur et une frai­cheur : « Pourquoi vous avez donné votre vie au Christ, Il vous a parlé pour vous appe­ler ? » ou bien : « com­ment vous pouvez rester en silence 1h à l’ado­ra­tion, ça veut dire quoi rester « vrai­ment » en silence ? ».

Finalement, com­ment ne pas se mettre à leur école, eux qui débor­dent de vie et de joie, eux qui nous ramè­nent sans cesse, par leur refus des répon­ses toutes faites, à aller tou­jours plus loin, à rester fidèle aux désirs les plus pro­fonds qui habi­tent notre cœur, sans les réduire, ni les mettre en veille. J’étais très tou­chée de voir leur capa­cité de prier véri­ta­ble­ment et de vivre une pro­fonde démar­che de confes­sion lors d’une des veillées pro­po­sées. Ils ont pris cela tel­le­ment au sérieux, que leur joie de rece­voir le pardon de Dieu était vrai­ment conta­gieuse ! Encore une fois, au défi lancé pour eux en ce camp ils ont répondu, par leur joie et leur grand désir de bon­heur : « ESPERANCE » !

Sr Josette


Revenir au début