• 8 octobre 2009
en es fr

Brésil : Servante à l’école !

Diego, Mateus et Sr Myriam

Cela fait main­te­nant un an que je vis à la Fazenda do Natal, notre vil­lage Points-Cœur au Brésil. Le vil­lage est cons­ti­tué de mai­sons dis­per­sées sur le ter­rain (huit mai­sons où nous habi­tons et trois autres pour l’hôtel­le­rie), l’église au sommet, un réfec­toire, un four à pain et une école de laquelle je m’occupe.

Les enfants qui sont en âge d’être sco­la­ri­sés étudient en ville. Notre petite école sert de trem­plin pour ceux qui ont pris du retard dans l’appren­tis­sage de la lec­ture et de l’écriture comme Diego et Mateus, deux frères de 11 et 12 ans, dont je m’occupe depuis que je suis arri­vée. C’est un vrai défi ! Leur fidé­lité quo­ti­dienne et leur tra­vail ardu por­tent déjà du fruit ! Partis de zéro, les voilà qui lisent, même en public, pen­dant les offi­ces à l’église. Le jour où ils ont pu lire leur pre­mier mot, leurs yeux brillaient de joie et les miens aussi ! J’ai aussi eu la joie d’accom­pa­gner deux adul­tes en cours d’alpha­bé­ti­sa­tion.

La pré­sence de cette petite école éveille déjà l’envie d’appren­dre chez les tout petits. Gabriel qui a deux ans et qui me voit passer le matin pour aller à l’école se met à courir et à dire "école", « école ». Il court si vite qu’il n’est pas rare qu’il arrive avant moi !

L’école est aussi un lieu de pas­sage où les petits et les plus grands vien­nent cher­cher un livre, pren­nent un temps de lec­ture, par­ti­ci­pent au cours des enfants, font un petit dessin, ou même des gri­bouillis comme c’est le cas d’Aparecida, une jeune fille autiste de 13 ans.

Notre école trouve toute sa place dans notre vil­lage. Sa cons­truc­tion cir­cu­laire m’oblige à tou­jours faire cir­cu­ler cette espé­rance que nous donne le fait d’appren­dre de nou­vel­les choses !

Sr Myriam

Revenir au début