• 27 novembre 2012
es fr

Brésil : Qu’est ce qu’un mois dans la vie de quelqu’un ?

Bianca et sr Laeticia

“Jésus ne nous demande pas ce que nous n’avons pas, mais il nous fait voir que si chacun offre le peu qu’il a, le mira­cle peut tou­jours s’accom­plir de nou­veau : Dieu est capa­ble de mul­ti­plier notre petit geste d’amour et nous faire par­ti­ci­per à son don. “ Benoit XVI

“Jésus ne nous demande pas ce que nous n’avons pas, mais il nous fait voir que si chacun offre le peu qu’il a, le mira­cle peut tou­jours s’accom­plir de nou­veau : Dieu est capa­ble de mul­ti­plier notre petit geste d’amour et nous faire par­ti­ci­per à son don. “ Benoit XVI

Il y a un mois, nous avons reçu la demande d’accueillir W. pen­dant un mois à la Fazenda do Natal. Lorsqu’il était enfant, ce jeune avait déjà vécu un temps avec nous. Les évènements de la vie le condui­si­rent en prison et le firent entrer dans le monde de la drogue. À 18 ans à peine, sa vie est déjà en danger de mort.

Je ne vous cache pas que nous avons beau­coup hésité pour l’accueillir, mais nous avons fina­le­ment fait confiance à deux de nos jeunes volon­tai­res qui le connais­saient et qui nous avaient dit qu’il était un jeune tran­quille et que dans un climat sain, nous n’aurions pas de pro­blème. Quand je le vis pour la pre­mière fois, il y avait déjà dans son regard des signes de la gra­ti­tude parce que nous lui offrions la pos­si­bi­lité de reve­nir dans ce lieu, de retrou­ver la beauté de la vie. Durant la jour­née, il tra­vaillait avec Christian, un volon­taire qu’il connais­sait déjà, aux tra­vaux de pein­ture. Il jouait avec nos enfants et se ren­dait dis­po­ni­ble pour de mul­ti­ples petits ser­vi­ces.

Le der­nier jour, j’ai pensé orga­ni­ser un goûter pour lui dire au revoir. Nous avons tout pré­paré avec Rafaela (11 ans), Teté (8 ans) et Béa (4 ans). Nous avons fait du jus d’orange, une tarte et une affi­che qui disait : “Bon voyage, tu seras tou­jours le bien­venu !”. Les enfants arri­vè­rent. W. arriva silen­cieux, s’assit et com­mença à pleu­rer. C’est notre petite Béa qui s’en est rendue compte la pre­mière : “il pleure !”. Un grand silence se fit. Les uns et les autres se deman­daient : “Pourquoi pleure-t-il ?”

À ce moment, je leur dis : “Qui veut remer­cier W. pour ce qu’il a vécu avec lui durant son séjour parmi nous ?”. Rafael, un enfant de 11 ans qui est arrivé il y a peu et qui est bien dif­fi­cile, dit alors : “Merci pour les conseils qu’il m’a donné”. D’autres ajou­tè­rent : “parce qu’il a joué avec moi.”, “parce qu’il a peint ma maison.” Puis, je dis : “Qu’est ce que nous deman­dons à Dieu pour W.?” “Qu’il fasse bon voyage”, “ qu’il rentre bien” et Joao Lucas (10 ans) ter­mina avec la demande essen­tielle, celle qui habite le cœur de chaque homme : “qu’il soit heu­reux.”

Tété, Rafaela, la poupée, Bianca et Béa
Tété, Rafaela, la poupée, Bianca et Béa

Qu’est-ce qu’un mois dans la vie de quelqu’un ? Qu’est ce qu’une année ? Quelle valeur a une jour­née ? La pré­sence de ce jeune comme l’accueil de chaque per­sonne dans notre com­mu­nauté nous place devant le cons­tat que le temps est un don, un cadeau, et que ma vie se déroule dans le temps… ¡un temps reçu que je suis appe­lée à donner sans mesure !

Sr Laeticia

Revenir au début