• 8 avril 2011
es fr

Aparecida

Aparecida

Voilà presqu’un an que Sr Josette est arri­vée à la Fazenda do Natal, le vil­lage Points-Cœur de Salvador da Bahia au Brésil. Elle y par­tage la vie d’Aparecida :

Cela fait presqu’un an que je connais Aparecida. Chaque jour à ses côtés est une sur­prise et me révèle quel­que chose de nou­veau qui l’habite. Aparecida est arri­vée à la Fazenda à l’âge de six ans, elle fêtera ses 15 ans le 1er mai pro­chain. Aparecida est autiste et sou­vent, en la regar­dant, je crois qu’elle est absente mais com­bien de fois m’a-t-elle montré le contraire ! Pour Noël, nous répé­tions en com­mu­nauté le chant Puer Natus. Elle était là à toutes les répé­ti­tions mais comme absente, loin, dans son monde. Et pour­tant un après midi, alors qu’elle se balan­çait dans le hamac, je l’ai sur­prise chan­tant le Puer Natus du début jusqu’à la fin ! Elle aime beau­coup la musi­que et c’est une joie de la voir chan­ter ; elle n’arrive pas bien à pro­non­cer les paro­les mais elle se donne tota­le­ment et les notes sont justes !

Aparecida Aparecida révèle pour moi un peu du mys­tère de chacun de nous : ce que nous cachons der­rière des mas­ques, elle le montre dans toute sa sim­pli­cité. Alors par­fois elle peut se mon­trer très vio­lente et passer par des crises où elle veut tout casser et puis une autre fois, elle témoi­gne d’une grande dou­ceur, venant dépo­ser sa tête sur mes genoux ou à tra­vers un regard, un sou­rire, des petits gestes aussi sim­ples qu’inten­ses. Un jour, alors qu’elle était très ner­veuse, je lui ai demandé de se calmer parce que j’étais malade, et je suis restée à côté pen­sant veiller sur elle. Je me suis assou­pie et réveillée au son des clo­ches de l’église appe­lant aux vêpres, je me suis aper­çue que j’avais dormi 30 minu­tes pen­dant les­quel­les Aparecida n’avait pas bougé, veillant pai­si­ble­ment sur mon som­meil. D’habi­tude ses crises durent toute la jour­née, ce jour-là elle s’était apai­sée par déli­ca­tesse envers moi…

Aparecida Un autre moment impor­tant de la vie d’Aparecida est le cha­pe­let. Elle aime beau­coup y par­ti­ci­per même si elle n’arrive pas à répon­dre aux « Je vous salue Marie… », elle conclue chacun d’un « Amen ». Elle répond aussi à la lita­nie des saint « priez pour nous… ». Ce sont les rares moments où nous enten­dons le son de sa voix. Elle me rap­pelle encore une fois com­bien le cha­pe­let est par excel­lence la prière des pau­vres et des petits.

Depuis un an, je suis à l"école de sa sim­pli­cité de cœur, et j"essaye de rester fidèle à cette amitié qui nous unit…

Sr Josette

Revenir au début